Imarcom.net

Agence de Développement Web

Accueil  >  Polluants externes  >  Solutions aux polluants externes  >  La renaturalisation des fossés routiers

La renaturalisation des fossés routiers

Il faut à tout prix changer notre conception d’un fossé routier propre et s’habituer à y voir une végétation luxuriante. (Ministère des Transports du Québec 1997).

La végétation des fossés routiers doit être laissée à l'état naturel car les fossés sont ainsi plus efficaces dans leur gestion des eaux pluviales en favorisant la rétention des eaux de pluie, leur infiltration dans le sol, leur filtration par le sol et les racines et le retour d'une partie de cette eau dans l'atmosphère par évapo-transpiration.

L'eau qui circule verticalement dans le sol par infiltration est beaucoup plus épurée lorsqu'elle arrive au lac Saint-Augustin que celle qui circule horizontalement en surface par ruissellement, entrainant avec elle des nutriments, des sédiments et des contaminants arrachés au milieu terrestre.

La végétation à port érigé comme les vivaces permet de fragmenter les gouttes de pluie en plus petites gouttelettes qui s'infiltrent plus facilement dans le sol.

Si la végétation est laissée à l'état naturel, l'aménagement selon Dame Nature finira par ressembler à un fouillis chaotique, ce qui est bien différent de ce que l’humain réalise chez lui dans son  aménagement paysager (bien structuré, propre et ordonné).

Notre hypothèse : En plantant dans les fossés des masifs de vivaces à fleurs adaptées au milieu, cela permettra d’adoucir le caractère aléatoire et chaotique du “laissé à l’état naturel”, autrement dit, de rehausser son acceptabilité sociale. L’œil est attiré vers les fleurs et ne voit plus le fouillis.

Deux projets sont en cours présentement dans le bassin versant du lac pour tester cette hypothèse :

Dans les fossés longeant le Chemin du Lac, différentes techniques de végétalisation et d'introduction des vivaces à fleurs ont été testées depuis 2015, grâce au soutien financier de l'Agglomération de Québec.

Au parc Riviera, des massifs de vivaces ont été plantés à la fin de l'été dernier dans le fossé adjacent au parc grâce au soutien financier de la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le CBLSA évolue dans ces projets au rythme des plantes et de leur vitesse d'implantation.

Mais nous sommes enthousistes à penser que peut-être un jour, les fossés feront partie du patrimoine fleuri des deux Villes !

Le CBLSA réalisera en 2017, un inventaire des fossés engazonnés et tondus de certains secteurs du bassin versant. Si vous êtes intéressés à participer au projet, faites-nous signe !